Demandez un rendez-vous

Clinique d'Yvetôt

Nos Praticiens

Demande de rendez-vous : 02 35 95 95 00

Médecine

Anesthésie-réanimation

Pour tous types d'anesthésies (générales, loco-régionales: péridurales, rachi-anesthésie, blocs veineux) Prise en charge de la douleur post-opératoire (plusieurs pompes à morphines : PCA)

Que choisir ?

Anesthésie générale ou loco-régionale L'anesthésie générale c'est rendre le patient inconscient au cours d'une intervention . L'anesthésie loco-régionale c'est interrompre la transmission électrique d'un nerf ou d'un groupe des nerfs. L'anesthésie loco-régionale s'applique dans certaines situations (les maladies de l'appareil respiratoire,ou dans certains types de chirurgie(chirurgie des membres),ce type d'anesthésie est souvent accompagné d'une sédation pour décontracter les patients. En revanche l'anesthésie générale est préférable chez les malades ayants des troubles de l'hémostase (la coagulation du sang), dans la chirurgie abdominale, ou dans la chirurgie de la face. Certains gestes de chirurgie peuvent être réalisés avec une anesthésie locale.

Quelles sont les mesures de sécurité en anesthésie ?

La technologie moderne a permis l'amélioration et l'évolution des techniques de surveillance (la mesure de la saturation en oxygène,le taux de dioxyde de carbone expiré,etc......).Même avec cette technologie d'avant garde,le meilleur élément de surveillance reste votre médecin anesthésiste. Quel que soit le type d'anesthésie choisi, la " chaîne d'anesthésie " est toujours aussi rigoureuse : prémédication dans le service de soins, puis endormissement en salle d'opération. L'environnement sécuritaire permet de maintenir sous tension artérielle efficace, un rythme cardiaque normal et une oxygénation du sang parfaite, afin de prévenir tout incident précurseur d'accidents indésirables.

Pourquoi il faut être à jeun avant une anesthésie ?

Parce qu'il y a un risque de vomissement et d'inhalation des sécrétions digestives lors de l'induction ou lors de la phase de réveil, avec parfois des conséquences sérieuses.

Quelles peuvent être les complications d'une anesthésie ?

Selon les différentes sources scientifiques les complications les plus fréquentes sont: a) Les nausées et les vomissements.(10%) b) La douleur à la gorge.(10%) c) L'hypoxie,(baisse du taux d'oxygène dans le sang nécessitant une assistance respiratoire).(7%) d) La modification du rythme cardiaque.(1%) e) L'hypertension artérielle (augmentation de la pression artérielle).(1%) f) La confusion et désorientation après l'intervention.(0,5%) g) La crise cardiaque présente moins de 1% des complications ; la mortalité anesthésique est estimée à 1/200000. Il faut rajouter pour l'anesthésie rachidienne: h) Les céphalées, (11%à15%) touchant deux fois plus les femmes que les hommes, et inversement proportionnelles à l'âge. Ces céphalées, en général, répondent bien au traitement. i) Les douleurs dans le dos, le plus souvent banales, identiques et aussi fréquentes que celles observées après la curarisation en anesthésie générale, elles sont dues au relâchement des muscles de la colonne vertébrale. j) Les complications neurologiques qui sont extrêmement rares. Les malades ayant des antécédents complexes, la chirurgie lourde, et la chirurgie d'urgence, augmentent la fréquence des complications.

Quels sont les moyens pour combattre la douleur?

Il y a plusieurs techniques pour combattre la douleur post opératoire: a) Par voie intraveineuse avec des produits connus comme étant de puissants antalgiques. b) Par voie péridurale. c) Par des blocs veineux périphériques.(Anesthésie locorégionale) d) Utilisation de PCA (Analgésie Contrôlée par le Patient). Qu'est ce qu'une salle de surveillance post-interventionnelle (SSPI), (Salle de Réveil) ? Le réveil après une anesthésie prend un temps variable qui dépend des produits utilisés,des antécédents du patient,du type et de la durée de l'intervention. Le réveil est assuré dans une Unité (Salle postinterventionnelle) avec une surveillance rapprochée par une équipe d'infirmiers(es),spécialement entraînés(es) ; le patient quitte la SSPI quand tous les critères de réveil sont remplis.